top of page

Comment créer et entretenir votre potager permacole en novembre



Vous rêvez de cultiver vos propres légumes, mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous avez envie de jardiner en respectant la nature, sans utiliser de produits chimiques ni de techniques agressives ?


Vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, nous allons vous présenter le potager permacole, une méthode de jardinage écologique et productive, qui s’inspire des écosystèmes naturels. Vous découvrirez comment créer et entretenir votre potager permacole, en suivant un calendrier détaillé des activités à faire au mois de novembre. Que vous ayez un grand terrain ou un petit balcon, vous pourrez profiter des bienfaits du potager permacole, et récolter de délicieux légumes tout au long de l’année.


Alors, prêt(e)s à vous lancer dans l’aventure ? Suivez le guide !


En novembre, le potager permacole offre encore de belles possibilités de semis et de plantations. C’est le moment de préparer les cultures qui passeront l’hiver au jardin, et qui vous donneront des récoltes précoces au printemps. Voici quelques exemples de légumes que vous pouvez semer ou planter en novembre:

  • Les fèves : ce sont des légumineuses qui enrichissent le sol en azote, et qui produisent de grosses gousses remplies de grains savoureux. Vous pouvez les semer directement en place, à environ 5 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 40 cm. Arrosez régulièrement jusqu’à la levée, puis paillez le sol pour le protéger du froid. Vous pourrez récolter vos fèves à partir d’avril ou mai, selon le climat.




  • Les pois : ce sont aussi des légumineuses qui fixent l’azote de l’air dans le sol, et qui offrent des cosses croquantes et sucrées. Vous pouvez les semer en novembre si vous habitez dans un climat doux ou si vous disposez d’une serre. Sinon, attendez le mois de février ou mars. Semez les pois à 3 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 30 cm. Tuteurez les variétés grimpantes, et paillez le sol pour le maintenir humide et frais. Vous pourrez cueillir vos pois entre avril et juin.


  • Les carottes : ce sont des racines qui se conservent bien dans le sol, et qui apportent du croquant et de la couleur à vos salades. Vous pouvez les semer en novembre si vous habitez dans un climat doux, sinon attendez le mois de mars. Semez les carottes à la volée ou en lignes, à 1 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 20 cm. Éclaircissez les plants à 5 cm quand ils ont quelques feuilles. Arrosez régulièrement pour éviter que les racines ne se fendent. Vous pourrez récolter vos carottes tout l’hiver ou au printemps.



  • L’ail : c’est un bulbe qui parfume vos plats et qui possède des vertus médicinales. Vous pouvez le planter en octobre, en choisissant une variété adaptée à votre région (ail blanc ou rose). Plantez les caïeux (gousses) d’ail à 5 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 25 cm. Laissez dépasser la pointe des caïeux hors du sol. Paillez le sol pour le protéger du gel. Vous pourrez récolter votre ail en juin ou juillet.


  • L’oignon : c’est un autre bulbe qui aromatise vos recettes et qui se conserve longtemps. Vous pouvez le planter en octobre, en choisissant une variété dite “de jour court” (oignon blanc ou jaune). Plantez les bulbes d’oignon à 3 cm de profondeur, en espaçant les rangs de 25 cm. Laissez dépasser la pointe des bulbes hors du sol. Paillez le sol pour le préserver du froid. Vous pourrez récolter vos oignons en mai ou juin.

Ces légumes sont faciles à cultiver au potager permacole, car ils demandent peu d’entretien et s’adaptent aux conditions climatiques. Ils sont aussi très utiles pour améliorer la fertilité du sol, grâce à leur capacité à fixer l’azote ou à leur effet structurant sur la terre. En plus, ils sont délicieux et nutritifs, et vous permettront de varier vos menus tout au long de l’année.






Le compost est un élément essentiel du potager permacole, car il permet d’enrichir le sol en matière organique et en éléments nutritifs, tout en favorisant la vie microbienne. Le compost est le résultat de la décomposition des déchets organiques, comme les épluchures de légumes, les restes de repas, les feuilles mortes, les tontes de gazon, etc. En les recyclant au lieu de les jeter, vous faites un geste écologique et économique.

Pour faire votre propre compost, vous pouvez utiliser un composteur, une simple poubelle percée de trous, ou un tas à même le sol. L’important est de bien mélanger les différents types de déchets, en respectant un équilibre entre les matières vertes (humides et riches en azote) et les matières brunes (sèches et riches en carbone). Par exemple, vous pouvez alterner une couche de déchets de cuisine avec une couche de paille ou de carton. Il faut aussi aérer régulièrement le compost, en le retournant avec une fourche ou un aérateur. Et il faut veiller à ce qu’il soit ni trop sec ni trop humide, en l’arrosant ou en le couvrant selon le cas.




Le compost est prêt quand il a une couleur brun foncé, une odeur de terreau et une texture fine et homogène. Cela peut prendre entre 6 mois et 2 ans, selon la méthode utilisée et les conditions climatiques. Vous pouvez alors l’utiliser au potager, en l’épandant sur les parcelles destinées aux cultures gourmandes, comme les tomates, les courges ou les choux. Vous pouvez aussi l’utiliser pour faire du purin de compost, en le faisant macérer dans de l’eau pendant quelques jours, puis en filtrant le liquide obtenu. Ce purin est un excellent engrais liquide, que vous pouvez pulvériser sur vos plantes.

Le compost est donc un allié précieux pour le potager permacole, car il permet d’améliorer la structure et la fertilité du sol, tout en réduisant les déchets ménagers.


En plus, c’est facile à faire et ça ne coûte rien !



Les engrais verts sont des plantes que l’on sème au potager, non pas pour les récolter, mais pour les faucher et les laisser se décomposer sur place. Ils ont de nombreux avantages pour le potager permacole, car ils protègent et fertilisent le sol, tout en attirant les auxiliaires.





Les engrais verts protègent le sol en le couvrant d’un tapis végétal, qui empêche l’érosion, le dessèchement et la pousse des mauvaises herbes. Ils évitent ainsi que le sol soit nu et exposé aux intempéries ou aux ravageurs. Ils favorisent aussi l’infiltration de l’eau et de l’air dans le sol, ce qui améliore sa structure et sa porosité.


Les engrais verts fertilisent le sol en lui apportant de la matière organique et des éléments minéraux. En effet, quand on les fauche, ils se décomposent sur place et libèrent des nutriments assimilables par les plantes. Certains engrais verts, comme les légumineuses (trèfle, luzerne, pois…), sont capables de fixer l’azote de l’air dans leurs racines, et d’enrichir ainsi le sol en azote, un élément essentiel pour la croissance des plantes.






Les engrais verts attirent les auxiliaires, c’est-à-dire les animaux qui sont utiles au jardinier, car ils pollinisent les fleurs ou mangent les insectes nuisibles. Par exemple, les abeilles sont attirées par les fleurs des engrais verts, comme la phacélie ou la moutarde. Les coccinelles sont attirées par les pucerons qui se nourrissent des engrais verts, comme la vesce ou le seigle. Les vers de terre sont attirés par la matière organique apportée par les engrais verts, comme le triticale ou le sarrasin.

Pour profiter des bienfaits des engrais verts au potager permacole, il faut choisir les espèces adaptées à la saison, au climat et aux cultures associées. Il faut aussi savoir quand et comment les semer, les faucher et les incorporer au sol. Voici quelques exemples d’engrais verts que vous pouvez semer en octobre :

  • La phacélie : c’est une plante à fleurs bleues qui attire les abeilles et qui produit beaucoup de biomasse. Elle est gélive, c’est-à-dire qu’elle meurt avec le gel. Vous pouvez la semer en octobre à la volée ou en lignes, à raison de 2 g/m². Vous pouvez la faucher quand elle commence à fleurir, entre novembre et mars selon

le climat. Vous pouvez la laisser sur place ou l’enfouir légèrement dans le sol.

  • Le seigle : c’est une céréale rustique qui résiste au froid et qui pousse vite. Il couvre bien le sol et capte l’azote excédentaire à l’automne. Il attire les pucerons et donc les coccinelles. Il n’est pas gélif, c’est-à-dire qu’il continue à pousser au printemps. Vous pouvez le semer en octobre à la volée ou en lignes, à raison de 150 g/m². Vous pouvez le faucher au printemps, avant qu’il ne monte en graines. Vous pouvez le laisser sur place ou l’enfouir légèrement dans le sol.


  • La vesce : c’est une légumineuse qui fixe l’azote dans ses racines et qui produit des fleurs blanches ou roses. Elle s’associe bien avec le seigle, car elle profite de son support pour grimper. Elle est semi-gélive, c’est-à-dire qu’elle peut résister à de faibles gelées. Vous pouvez la semer en octobre à la volée ou en lignes, à raison de 50 g/m². Vous pouvez la faucher au printemps, avant qu’elle ne monte en graines. Vous pouvez la laisser sur place ou l’enfouir légèrement dans le sol.

Les engrais verts sont donc une solution économique et facile pour le potager permacole, car ils ne demandent pas beaucoup de travail ni d’investissement. Ils permettent de protéger et de fertiliser le sol, tout en attirant les auxiliaires. En plus, ils sont jolis à regarder et agréables à sentir !



Le charbon végétal est un autre élément qui peut améliorer le sol du potager permacole. Il s’agit du résidu de la combustion incomplète de matières organiques, comme le bois, les feuilles ou les coques de noix. Il se présente sous la forme de morceaux noirs et poreux, qui peuvent être récupérés après un barbecue ou un feu de bois.










Le charbon végétal a de nombreuses propriétés bénéfiques pour le sol, car il :

  • augmente la capacité de rétention d’eau et d’air du sol, ce qui évite le dessèchement et l’asphyxie des racines ;

  • crée un habitat favorable pour les micro-organismes du sol, qui se nourrissent des substances organiques adsorbées sur sa surface ;

  • capte les éléments minéraux et les empêche d’être lessivés par les pluies, ce qui évite la perte de fertilité du sol ;

  • régule le pH et la salinité du sol, ce qui favorise la croissance des plantes ;

  • réduit les émissions de gaz à effet de serre, car il stocke durablement le carbone dans le sol.

Pour utiliser le charbon végétal au potager permacole, il faut d’abord l’activer, c’est-à-dire le charger en éléments nutritifs et en micro-organismes. Pour cela, il suffit de le mélanger avec du compost, du fumier ou du purin, et de le laisser reposer pendant quelques semaines. Ensuite, il faut l’épandre sur le sol, à raison de 1 à 2 kg/m², et l’enfouir légèrement avec une fourche ou une grelinette. Il faut éviter d’en mettre trop, car cela pourrait déséquilibrer le rapport carbone/azote du sol.

Le charbon végétal est donc une solution écologique et facile pour le potager permacole, car il permet d’améliorer la qualité et la durabilité du sol, tout en valorisant les déchets végétaux. En plus, c’est gratuit et ça ne demande pas beaucoup d’effort !


Voilà, nous sommes arrivés à la fin de cet article sur le potager permacole. Nous espérons que vous avez apprécié cette lecture, et que vous avez envie de mettre en pratique ces conseils dans votre jardin. Le potager permacole est une méthode de jardinage qui respecte la nature et qui produit des légumes sains et savoureux. C’est aussi une source de plaisir et d’épanouissement personnel, car il permet de se reconnecter avec les cycles naturels et de développer sa créativité.


Si vous souhaitez approfondir vos connaissances sur le potager permacole, nous vous invitons à vous abonner à notre blog. C’est un blog, dans lequel nous vous donnons pleins d’informations pour devenir un jardinier permacole aguerri, des conseils en zéro déchet, les dates de formation, des calendriers écoresponsables ! Reportages, interviews, conseils saisonniers, articles de fond et dossiers thématiques, voilà le programme !



Vous pouvez aussi consulter d’autres articles sur le sujet sur notre site web ou sur notre blog. Vous y trouverez des astuces, des photos pour vous inspirer et vous accompagner dans votre projet de potager permacole et d’un nouveau style de vie.


Raise your green, révèle votre potentiel écolo.




Comments


bottom of page